La fin de l'homme rouge

Compagnies Théâtre des Rues

1917 – 2017

Le centenaire de la révolution soviétique qui a conditionné l’histoire mondiale du 20ème siècle.

L’URSS a cessé d’exister dans les années 1990. Avec quels impacts sur sa population ? Avec quels effets sur l’évolution du monde? Qu’en est-il de la mentalité du peuple russe d’aujourd’hui? Comment a-t-il vécu (ou survécu) cette transformation abrupte d’une société socialiste fermée et oppressante en une société capitaliste féroce et impitoyable? Quel est son ressentiment face à l’attitude triomphale et arrogante de l’Occident aujourd’hui champion du néolibéralisme? A quelles évolutions politiques aspire-t-il : fuite en avant nationaliste? retour au socialisme? désespoir slave? réminiscence de la mystérieuse âme russe? grandeur tsariste et impérialiste?…

Autant de questions – et bien d’autres – (au-delà des formules simplistes et des propagandes de tous poils) qui se dégagent des témoignages recueillis par Svetlana Alexievitch, prix Nobel de littérature 2015, dans son ouvrage intitulé : «La Fin de l’Homme rouge ou Le temps du désenchantement» (Éditions Actes-Sud et Babel).

Dans «La fin de l’Homme rouge», nous entendons des vivants, perdus, désorientés, rageurs, tous porteurs de questions existentielles et qui nous disent : «Qui êtes-vous pour nous juger? Qu’auriez-vous fait de mieux à notre place?»

Margarita Pogrebitskaïa, médecin, 57 ans

«Je suis sur les épaules de mon père, et j’ai un ballon rouge attaché au poignet. Dans le ciel, au-dessus des colonnes qui défilent, d’immenses portraits de Lénine et de Staline… de Marx… Des guirlandes et des grappes de ballons rouges, bleus, jaunes… Le rouge, c’est ma couleur préférée. La couleur de la révolution, la couleur du sang versé en son nom… La grande révolution d’Octobre! Maintenant, on dit «le coup d’État», le «complot bolchevique»… «le désastre russe»… 
Lénine était un agent de l’Allemagne, et la révolution a été faite par des déserteurs et des marins ivres… Je me bouche les oreilles, je ne veux pas entendre ça! C’est au-dessus de mes forces… Toute ma vie, j’ai vécu avec ma foi : nous étions les plus heureux, nous étions nés dans un pays magnifique, comme il n’en avait jamais existé. Il n’y avait aucun autre pays comme ça! Nous avions la place Rouge, et sur la tour du Sauveur sonnait un carillon qui donnait l’heure exacte au monde entier.»

Interprétation : Laura Bejarano Medina, Abdellah El Korchi et Rose Hanon
Mise en scène : Jean Delval
Photo : © Andrei Liankevich

Nouvelle création du Théâtre des Rues - 2017

 
  • Contact:
  • Prix:

    Prix : 1250 €
    Intervention Tournées Art&Vie : 570€

     

  • Conditions techniques:

    Dimensions du plateau
    Longueur : 8m
    Largeur : 7m
    Hauteur : 4m

    Impératif technique : occultation

    Durée du spectacle :  110 minutes

    Jauge  idéal : 50 personnes

    Pour obtenir la fiche technique complète, n'hésitez pas à contacter la compagnie.

     

UA-54620341-1